“ Un jour
je me suis amené avec des chansons. Ces chansons se sont mises à plaire au
public, et non pas à cause de ce que vous appelez le message, mais parce qu’il
doit y avoir une petite note de poésie là-dedans, et les hommes y sont
sensibles.
Heureusement
d’ailleurs, c’est la seule chose qui nous reste de la civilisation, c’est la
poésie.

On
pourrait dire (…) que si le monde est perdu, et que quelque chose doive sauver
le monde un jour, ce ne sera pas autre chose que la poésie. Mais pas forcément
la poésie chantée ni la poésie écrite ni la poésie peinte, la poésie toujours,
une petite étincelle que chaque homme au fond a en lui, quel qu’il soit, le
pire comme le meilleur.

Le tout
c’est d’aller la trouver, et grâce à certaines chansons il m’arrive de frapper
une touche qui est dans un homme, de pincer une corde qu’il avait, qu’il
ignorait, et cette corde se met à sonner parce qu’un type, moi en l’occurrence,
l’a fait vibrer. C’est pour ça que quand on me reproche d’être pornographe, de
mal jouer de la guitare, ou d’être un ours mal léché et de faire toujours la
même musique je ne m’inquiète pas.
Je ne me fâche pas non plus parce que ça ne
compte pas tout ça.

Ce qui compte c’est la petite étincelle que mes chansons
ont déclenchée chez des individus, qui étaient tout seuls sur la terre, et qui
s’barbaient.”


Les mots sont ceux de Georges Brassens. Manque ici la douceur de sa voix.
Le dessin dort dans un de mes carnets, mars 2018.