Blog Image

Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Un retour sur notre résidence, en mots et en images.

En cours Posted on 16 Avr, 2024 14h58

C’était il y a un an.
Une résidence de création céramique, en duo avec Sylvie Delphaut,
à l’invitation du centre de céramique Arte Diem à Saint-Chamond.

Durant ces deux semaines de travail nous avons été accompagnées
par Chloé Sorbe, photographe (merci à elle pour la première photo de cet article),
et par Baptiste Deyrail, vidéaste (et auteur de bandes dessinées).

Sont nés de ces rencontres, un catalogue, sous la forme d’un abécédaire,
illustré par les photo de Chloé,

mais aussi un film documentaire, réalisé par Baptiste.

Vous avez envie de vous glisser dans notre éphémère atelier,
d’y jeter un œil ou l’une ou l’autre oreille?
Le film est à découvrir ici

Belle découverte!



Un regard

En cours Posted on 27 Fév, 2024 15h06

J’ai toujours aimé glaner.
Graines, brindilles et cailloux,
des choses jolies qui m’accompagnent.
Des traits d’union, entre moi et le reste du monde,
d’un monde.
D’un monde qui est le nôtre,
intimement,
et qui pourtant ne ressemble pas à celui qui nous est montré au quotidien,
comme étant le monde.

Celui auquel je me relie
est un monde loin des armes et des marchés financiers,
loin du mépris et du pouvoir,
loin de la folie des hommes.

Mon regard se promène dans ces espaces calmes,
et vivants.

Je glane.
Je regarde, imagine, projette,
à la recherche de végétaux en attente d’un cycle nouveau,
mais aussi, sans doute, en quête d’un refuge.

Dans ces moments je respire.

Depuis quelques mois je récolte des végétaux de toutes sortes,
pour nourrir encore mes recherches avec la porcelaine-papier.
Je collecte aussi des rebuts, des déchets,
des matériaux conçus et fabriqués pour finir leur course à la poubelle,
et ça ne manque pas.

En tête et dans les mains,
un projet d’expo pour l’automne prochain…

J’y reviendrai.


En attendant, je viens de terminer de nouvelles illustrations,
pour étoffer les collections de ma maison d’édition, Aquarupella,
mais aussi celles d’Édition minuscule,
ma petite production de papeterie auto-éditée,
qui poursuit son bout de chemin.

Ainsi, deux cartes qui reprennent des dessins de mes carnets,
mais aussi un ensemble de huit nouvelles images, Les envolées,
que j’espère pouvoir proposer dès qu’elles seront imprimées!

Vous pouvez les retrouver ici, chez Papiers et cie.

Belle journée!



Marcottes

En cours Posted on 20 Nov, 2023 11h29

Un tige, une branche, un rameau,
qui, se posant au sol,
prend racine,

D’infinis petits ponts entre l’air et la terre,
entre le dessus et le dessous.

La vie qui se multiplie.

Un duo de marcottes créé lors de notre résidence.
Sylvie a réalisé la grande, engobée de couleurs,
et moi la petite, texturée et engobée de porcelaine,
sur laquelle d’autres minuscules marcottes textiles ont choisi de pousser.
Ce premier duo a donné naissance à d’autres pièces,
créées dans leur prolongement, dans nos ateliers.
(photos ci-dessus et ci-dessous)

À voir, dans notre exposition de fin de résidence Le ventre de la terre.
Arte Diem, Saint-Chamond. Jusqu’au 8 décembre 2023.



Des jours, des boutures, de la couleur

Bientôt., En cours Posted on 10 Oct, 2023 15h22

Quelques nouvelles d’ici,
pour ce début d’automne malmené par les hommes.

Dans l’atelier, des tentatives d’hybridation.
Mêler textile et céramique pour faire germer, s’enraciner d’improbables boutures.
Un alphabet entier de ces toutes petites sculptures,
c’est ce que nous aimerions présenter, Sylvie Delphaut et moi,
lors de l’exposition de notre travail réalisé en résidence au printemps dernier.

Énigmatiques objets, curiosités,
mystère de ce qui pousse et se développe à l’ombre du ventre des femmes
et de celui de la terre.

L’expo aura lieu du 10 novembre au 8 décembre prochains,
dans les locaux d’Arte Diem à Saint-Chamond,
mais j’en reparlerai très bientôt.

Un peu plus loin,
des illustrations, encore et toujours.

Celles-ci ont déjà quelques années,
elles ont beaucoup voyagé, comme celles qui les habitent,
mais ce sont elles que ma maison d’édition a choisies pour accompagner l’année 2024.

Des calendriers, et bien d’autres choses,
à retrouver en vente sur le site de Papiers et cie, ici,
et là.

De la couleur enfin, des couleurs.

À cuisiner, à inventer, à faire vibrer et se frotter les unes aux autres,
pour créer douceur, contrastes, intensités,
pour l’esprit de l’eau, de l’air, d’un chagrin à poser,
d’une joie, d’une colère…

C’est un stage de trois jours que je propose, dans le cadre de la résidence menée à Arte Diem.
Ce sera donc dans ces vastes et clairs ateliers que je l’animerai.
Il reste encore quelques places. Pour les infos, c’est ici!

À bientôt!



Rose, roses, de fin d’été

En cours Posted on 14 Sep, 2023 12h16

Laisser derrière soi les lumières marines,
sortir de ses poches les cueillettes de criques,
et reprendre le fil,
rose, rouge,
le tirer.

Retrouver le chemin des couleurs.
Celles de la peau et du sang des sorcières,
des femmes brûlées, des ennemies intérieures,
sacrifiées.

Chercher dans le tissu ce qui se cache de chair
d’armure, de lumière, de fragilité.

Trouver dans l’ombre un motif à graver.

Viendra le temps de tisser des coïncidences,
de relier.



Des miettes de couleurs, de la porcelaine habitée

Bientôt., En cours Posted on 08 Août, 2023 14h12

Quel lien?
Entre un parasol chinois ancien,
bambou et papier huilé, rafistolé,

un brin de nuancier,

un nuage minuscule,

des pots et des galets,
porcelaine et grès en attente d’un voyage à 1260 degrés,

et de la couleur encore, du papier…

Quel lien, si ce n’est, celui, ténu, de la poésie qui les unit?
Un fil de soie qui vole dans le vent frais de cet été,
pour réunir ce qui me plait,
et que je présenterai samedi 19 août prochain,
dans le cadre du Marché local et pas banal qui aura lieu à Pélussin,
au cœur du Parc régional du Pilat, dans la Loire.

Je serai heureuse de vous y rencontrer, à partir de 10h et jusque 19h.

Un peu plus au sud, au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire),
dans la jolie boutique Souzani,
J’expose une petite série de sculptures en grès et porcelaine,
habiter les nuages.

Besoin d’air sans doute,
et de m’inventer des refuges loin de ces humains qui préfèrent l’accaparement à la vie.

Bel été,
et à bientôt!



Végétal

Comme ça..., En cours Posted on 23 Mai, 2023 15h47

Juste quelques pas à faire,
une fois passée la porte de l’atelier
pour trouver des plantes et des fleurs
qui soignent et qui se mangent.

Fascinée par leur présence et leur étrange beauté,
je ne peux pas m’empêcher de les saisir avec ma boîte à images,
de les garder dans un coin de mon antre,
pour les jours de froid peut-être,
et pour le plaisir de les partager .
(c’est plus beau qu’une guerre, qu’un Jet ou qu’une robe à paillettes non?
C’est surtout tellement plus vivant)

Aussi les plantes,
les végétaux,
me suivent partout dans mon travail.
Jusque dans les textiles que j’utilise, lins, chanvres et cotons élimés,
jusque dans la terre dans laquelle je les trempe, les imprime,
jusque dans mes dessins, presque toujours.

Ici, les détails d’une installation réalisée pour un hall d’immeuble
de la ville de Saint-Chamond, dans la Loire.
Il s’agit d’une commande de l’association Arte Diem pour Habitat et métropole.
Une dizaine de fresques ont été réalisées par autant de céramistes professionnels
dans le cadre de la rénovation d’un ensemble d’immeubles de logements sociaux.

J’ai choisi de travailler non pas sur une fresque conventionnelle composée de carreaux assemblés,
mais sur un ensemble de plaques murales collées sur un mur peint en vert argile.
Chacune fonctionne de manière isolée, comme un tableau,
raconte sa propre histoire,
tout en faisant écho à ses voisines.
Le fil conducteur qui créé la cohésion de l’ensemble
au delà de leurs formes et du mouvement qu’elles installent,
est fait de ces petites choses dont l’humain a oublié la préciosité et l’importance.
La vie végétale et animale qui nous entoure et qui fourmille sous nos yeux aveugles,
indispensable à la survie de notre espèce.

Archipel. Ensemble de 70 plaques de grès engobées, émaillées et illustrées de collages de décalcomanies céramique réalisées à partir de mes dessins et de planches botaniques anciennes.

Et plus beau encore que n’importe quel dessin,
consoude et nigelle,
les couleurs du printemps.



Comme des cailloux de couleur

En cours Posted on 10 Mai, 2023 12h18

Qui ponctuent un trajet.

Car tout objet de papeterie,
carte, carnet,
est précédé de ce chemin fait de recherches,
de doutes et de ratés,
de renoncements (et donc de piles d’essais colorés
et de papiers gouachés relégués au sommeil),
mais aussi de travail, de trouvailles et de joies.


Il est si facile d’imaginer “l’artiste” dans son atelier,
main au front en train de créer.
L’inspiration viendrait de la lumière,
elle jaillirait comme l’eau sur le papier,
et l’illustratrice éclairée produirait sans relâche et sans efforts,
comme la poule au poulailler,
des œufs d’or que chacun(e) pourrait s’approprier, transformer, cuisiner,
pour les faire fructifier.

Difficile de lutter contre cette idée et contre cette tendance
sans doute profondément humaines.

Moi j’ai envie de partager mon travail,
de manière juste,
de lui donner un sens qui ne soit pas que lucratif,
de continuer à trouver en moi les moyens d’inventer un peu de beauté
sans être instantanément considérée comme une pondeuse ou une vache à lait.
Besoin, comme toutes et tous, d’être respectée,
dans ce que je suis, dans ce que je fais,
sans avoir à me battre en permanence pour cela.

Ce n’est pas simple,
et c’est pourquoi mon Édition minuscule est née.
Je n’en parle pas beaucoup ici,
elle continue pourtant son bout de chemin,
de caillou en caillou.

En attendant d’étoffer mes collections de nouvelles illustrations,
celles qui existent déjà sous forme de cartes et de carnets sont désormais en vente en ligne
sur le site de Papiers et compagnie.

Vous les trouverez donc facilement ici.

À bientôt!



Retour de résidence

En cours, Tenter de dire Posted on 11 Avr, 2023 12h30

Deux semaines,
c’est bien court pour parcourir la terre,
l’explorer dessus, dessous, dedans,
au creux de ses recoins cachés.

Deux semaines dans une bulle hors du temps,
à parcourir de nos doigts et de nos doutes l’idée de l’ombre fertile,
du ventre qui protège,
qui enfante comme la terre offre ses replis aux graines,
aux racines, aux rhizomes, aux germes oubliés,
pour couver la vie, la soigner, la protéger,
l’inventer.

Ces deux semaines de création et de bonheur dans la lumière d’un immense atelier
nous ont été proposées par l’association Arte Diem,
qui œuvre pour le partage et la reconnaissance de la création céramique depuis plus de trente ans.
Merci à toutes celles et ceux qui nous ont accueillies et accompagnées joyeusement
durant ces 16 journées de création.

Merci également à Chloé Sorbe, pour les très belles photos réalisées pendant ce temps de résidence.

Les pièces réalisées pendant la résidence, qui seront sans doute complétées par d’autres que nous réaliserons un peu plus tard dans nos ateliers, seront exposées dans l’espace d’Arte Diem,
à Saint-Chamond, à partir du 10 novembre prochain.

Et puis, parce que je reste celle que je suis, et qu’à peine sortie de ma bulle je retrouve mes colères
et mes révoltes face à l’injustice d’un pouvoir qui n’œuvre que pour accroitre toujours plus les inégalités sociales, j’ai envie de partager avec vous ce texte admirable écrit par Lola Lafon et publié dans Libération la semaine dernière.
Il fait écho au thème que nous avons choisi d’explorer durant ces journées d’exploration de la terre,
celui du féminin et du végétal qui se rejoignent dans cette incroyable énergie à inventer la vie.
Alors oui, continuons, insistons, encore
et encore.



Réforme des retraites : Manu ciao?


“Voilà qu’en ce début de printemps, quelque chose survient. Quoi qu’il en coûte, il s’agit d’éteindre ce qui naît. Ce pouvoir aux abois ne sait plus faire que ça.

Tout ne pouvait pas se résoudre à cela, à dresser des listes de ce qui mourrait bientôt, ces listes qu’on finirait par trouver tragiquement poétiques : les tigres de Sunda, les licornes asiatiques et les séquoias géants. Tout ne pouvait pas se limiter à cela, à s’alarmer, à agiter des sonnettes d’alarme.

Tout ne pourra pas se résoudre à ça : à colmater, à réparer.

Nous savons tout de la réparation, nous sommes rompus à nous «acclimater» à ce qui nous détruit. Nous savons les ravages de ce qu’on avale de force, de tout ce qu’on ravale, ce magma de solitudes et d’impuissances. Et on s’y est presque faits, pour ne pas dire résignés, à avoir en commun la peur de faillir, de ne pas tenir, de s’affaisser, la peur de ce qui nous attend, la peur de ce qui ne nous attend plus.

On s’échange les adresses de thérapeutes, des recettes bien-être, on décline les couleurs apaisantes sur les murs de notre appartement. On ne se dit plus au revoir mais «prends soin de toi», comme face à un cataclysme que l’on sait inéluctable.

On s’y est presque faits, à n’être en quête que de ça, dans les amitiés, les voyages, les plantes ou les romans : une réparation. A rechercher en tout de quoi fonctionner encore, à la façon de petites machines tristes et efficaces, vaillantes, beaucoup trop vaillantes. Mais voilà qu’en ce début de printemps, quelque chose survient, qui grippe la machine. Ce quelque chose, dont personne, au moment où j’écris, ne connaît l’issue, est un rappel. Un réveil. Quelque chose a lieu qu’il faudrait se garder de définir, de circonscrire. S’agit-il de questionner la place du travail dans nos vies ? Certainement. S’agit-il d’une conscience inquiète du temps qui nous reste ? Certainement. De ce qu’il faut reprendre, arracher à un capitalisme morbide qui ne sait plus faire que ça, nous inoculer le désir des choses inutiles ? Certainement. S’agit-il de balancer par-dessus bord cette façon que l’on a eue, des années durant, de se définir par le travail, cette question réflexe, quand on se rencontre : et toi, que fais-tu ? Ce marqueur social impitoyable qui exclut de la conversation chômeurs, retraités et tous ceux et celles qui n’ont pas choisi ce qu’ils «font», que leur métier ne définit pas ?

Le «quelque chose» de ce printemps est un mouvement. Mouvement a pour synonymes ardeur, élan, émotion et vie. Si, dans les manifestations, des cortèges se réapproprient le tube de Mylène Farmer Désenchantée, les corps, eux, contredisent ce constat désespéré : les manifestants dansent, ils reprennent l’espace.

L’entrée en force de la danse dans les cortèges n’est pas anecdotique, elle dit, mieux que ne le font les traditionnels slogans syndicaux, la joie de faire corps, de se tenir ensemble, ce désir d’être uni·e·s. «Si je ne peux pas danser, je ne veux pas prendre part à votre révolution», disait Emma Goldman. Cette foule qu’un pouvoir hagard réduit à des chiffres mobilisation en hausse ou en baisse – prend la parole en un surgissement poétique, politique : les pancartes affichent un humour noir, un humour pop, aussi, ces «Manu Ciao», «Femmes : 22 % de retraite en moins et il paraît qu’on chiale pour rien», «Y’a pas de moyens dja dja», «Je ne veux pas mourir sur scène» ou «Moins de flashball et plus de flashdance».

J’aurais aimé pouvoir arrêter ma chronique ici. J’aurais aimé n’écrire que cela. J’aurais aimé ne pas écrire ceci : qu’un manifestant est entre la vie et la mort. Qu’un autre sort à peine du coma. Que d’autres, combien d’autres, ont été mutilé·e·s. Certaines ont subi des violences à caractère sexuel lors d’un contrôle policier. Des centaines ont été arrêtées de façon arbitraire, «préventivement». Quoi qu’il en coûte, il s’agit d’éteindre ce qui naît. Ce pouvoir aux abois ne sait plus faire que ça. Mais comme l’écrit l’Association pour la défense des terres dans une tribune parue le 1er avril : «Les limites planétaires ne sont pas des données que l’on peut mettre à genoux, matraquer, faire rentrer dans le rang ou intimider.»

Sans doute le savent-ils très bien, ceux-là qui ont cru pouvoir résoudre les existences comme autant de fractions : il se passe quelque chose, ce printemps, dans les rues. On y reprend vie. On revient à soi, mais ensemble. On déborde du cadre. Et le printemps a ceci de commun avec la vie : il insiste.


Toutes les photos de cet article ont été réalisées par Chloé Sorbe.



Une visite?

En cours Posted on 27 Sep, 2022 15h43

De la lumière, de l’ombre,
des reflets verts,
mousse, pré ou lichen,
verts subtils et infinis,
qui piquent, accueillent, nourrissent, protègent ou rafraichissent.

Verts oubliés par trop d’humains pressés,
relégués à l’inutile, à la futilité,
à la promenade du dimanche…
On respire, c’est si doux, mais c’est déjà fini.

Verts d’un monde qui s’éteint,
et que j’ai eu envie de décliner, là,
en nuancier de l’herbe et des feuilles,
en figures féminines et végétales, nées de rebuts textiles,
et pourvoyeuses de vie, de soin, de poésie.


Et puis, en écho, des graines,
cinquante collections de graines.

Vous n’avez pas pu vous déplacer?
Alors entrez!

Poussez la porte,
avancez vous,
Ouvrez les yeux, les mains.

Avec délicatesse, tiroir après tiroir,
découvrez les trésors que recèle ce précieux grainetier.

Graines
Des graines de joie légère, ou de colère, des petits grains de trois fois rien,
semences précieuses, sauvages ou raffinées, secrètes ou exhibées,
coquilles ouvertes, coquilles fermées.
Des fragments rassemblés, bouts de terre, de fils emmêlés,
bouts de chair.

Des germes sans menace, sinon celle de la vie des femmes et de ce qu’elles ont dans les mains :
l’infini pouvoir de soigner, d’éveiller, de créer, d’élever.

Femmes qui inventent, protègent et multiplient la vie,
cette vie que d’autres s’obstinent méthodiquement à détruire.

Modelées, brodées, pliées, gravées, tournées, illustrées, cousues, soufflées, découpées,
frappées, imprimées, ciselées, feutrées… ces graines ont été créées par cinquante femmes
qui se sont prêtées au jeu de donner corps et cri à ce précieux symbole.

Présentées dans les tiroirs d’un meuble de métier ancien, à la manière d’un conservatoire
symbolique des énergies créatrices féminines, elles sont autant d’œuvres minuscules de porcelaine,
de grès, de textile, de feutre, de métal, de brindilles, de nacre, de lino, de papier…

De haut en bas, Gaby Matrioshka, Catherine Herbertz, Ségolène Géry, Bertille Derail,
Sylvie Delphaut, Agnès His et Odile Viallon, Sandra Coelho, Delphine Caraz.

Un court aperçu des œuvres minuscules qui sommeillent à l’ombre de leurs tiroirs de bois,
et se dévoilent à celles et ceux qui, avec patience et gourmandise,
font le trajet de les découvrir.

L’exposition Fertile, et l’installation Graines sont encore en place jusqu’au 30 septembre.
(jusqu’à midi pour les graines, jusqu’à 18 h pour le reste de l’exposition).
Pour rappel, les horaires de la médiathèque sont :


Mardi : 12h-17h
Mercredi : 10h-12h/14h-18h
Jeudi : 10h-12h/14h-18h
Vendredi : 10h-12h/14h-18h
Samedi : 9h-13h

Et comme les expositions se suivent et entrent parfois en collision…

Je participe, cette année encore, à l’exposition collective Éphéméride,
avec une série de douze muraux en céramique, au format 20×20 cm.

J’ai travaillé cette année en pensant à ceux qui restent.
Aux femmes, aux mères,
aux frères qui attendent,
qui listent et empaquètent tabac, saucisson, coquillettes,
comme ma grand-mère l’a fait durant onze années de sa vie.
Pour ses fils enrôlés de l’autre côté de la mer,
pour son mari soldat sans doigts, prisonnier au bout du monde,
là où aujourd’hui une autre sinistre et stupide guerre se joue.

Petits soldats de plomb, humains de rien du tout,
il faut bien que les grands s’amusent,
de ces corps, de ces vies, de ces pions,
de ces hommes qui aiment et qui respirent,
qui ont peur, qui obéissent, qui tuent ou ne tuent pas,
qui brûlent leurs bras pour ne pas trahir leur pays,
ce pays qui les a envoyé là-bas,
se faire stratégiquement dézinguer,
par d’autres pions armés.

C’est un carnet trouvé et datant de 1917 qui m’a accompagnée dans cette envie et cette idée.
Dedans, des brouillons de lettres adressées à un frère envoyé “faire la guerre”,
et des listes numérotées,
Chocolat, conserve de lapin, de faisan, chaussettes et cigarettes
une vie entre les lignes,
celle de ceux qui restent.
Comme des pointillés entre la guerre du jour et celle d’il y a un siècle,
qui me racontent qu’il y aura toujours des hommes pour jouer à la guerre,
avec la vie d’autres hommes,
et qu’il y aura toujours des femmes, des mères, des sœurs, des frères,
pour les attendre.


Vous souhaitez que l’on s’y rencontre?
Je serai présente samedi 1er octobre, entre 15h et 17 heures, et dimanche 9 octobre entre 16h et 19H.

À bientôt,








Suivant »